TOP 10 des conseils pour devenir Digital Nomad

Etre digital Nomade qu’est ce que c’est?

Etre Digital Nomade c’est de pouvoir travailler de n’importe où et quand on veut, à partir de son ordinateur. Limité au départ aux métiers du digital (traduction, graphisme…) la vie de Digital Nomade s’offre maintenant à n’importe qui pouvant gérer son activité à partir de son ordinateur.

La principale question à se poser avant de démarrer sa vie de Digital Nomade est :

« Est-ce que je suis prêt à travailler tous les jours (hors weekend on s’entend) en voyage ou est ce que je veux simplement voyager ?”

En fonction de cela vous pourrez vous lancer dans l’aventure pour devenir Digital Nomade  !

Vous vous sentez prêt ? Alors c’est parti ! Voici les conseils principaux pour vous lancer dans cette vie de nomadisme. 

Nos conseils indispensables avant de se lancer dans l’aventure Digital Nomad

1. Etre indépendant financièrement

Le principal conseil pour devenir Digital Nomade ou DN comme nombreux disent maintenant, est d’être indépendant financièrement, c’est-à-dire d’avoir une activité qui nous permet de vivre au niveau que vous souhaitez. Pour certains le minimum sera de 600 euros (largement suffisant aux Philippines ou au Vietnam), pour d’autres il sera à 1200 euros ce qui permet toujours d’avoir un niveau plus que décent, dès lors qu’on ne vit pas  dans un pays riche. Le minimum est donc à fixer en fonction de vos besoins.

Vous pouvez toujours conserver votre activité de salarié comme Clara l’explique, il vous faut juste un moyen de gagner de l’argent qui soit constant. Des clients réguliers dans le cas d’une activité en free lance est une solution idéal. 

2. Externaliser son activité professionnelle

Une fois que vous êtes indépendant financièrement, il faut vous assurer que vous pouvez gérer votre activité à partir de votre ordinateur. De nouveau , vous entendrez sûrement que la plupart des Digital Nomad codent ou sont dans le design, vous serez surpris de savoir que, de plus en plus de Digital Nomad ont des métiers comme tout le monde.

Si vous êtes encore salariés il vous faudra aborder la question de travailler à distance, si votre activité vous le permet. 

Si vous êtes en free lance, avez-vous une contrainte en terme de décalage horaire à prendre en compte ?

3. Mettez vous au slow travel 

Le slow travel est la clé pour n’importe quel Digital Nomade, cela signifie prendre le temps de rester à un endroit. Vous verrez que tous les Digital Nomad même blogger, ont toujours un point de chute où ils reviennent. Si vous voyagez tout le temps vous perdrez cet ancrage. Décidez de vous arrêtez au moins 1 mois par destination / ville, rappelez vous que vous voyagez en même temps que vous travaillez. Vous aurez principalement du temps les week ends pour profiter à fond de votre destination.  

Nos conseils en plus pour réussir au mieux votre vie de Digital Nomade

4. Avoir une sécurité financière

Pour être rassuré, il vaut mieux partir avec deux budgets prévus d’avance : un budget urgent retour chez soit, prévoyez au moins 3 mois de salaire en plus du billet d’avion.

L’autre budget à prendre en compte  un budget sécurité. Si pour quelques raisons que ce soit, vos revenus stables commençaient à diminuer :  vous êtes amenés à changer de clients ou d’employeurs…. Vous serez rassurés, si vous avez une sécurité de prévue pour palier à ce problème. Cela n’est  bien sûr pas obligatoire et tout dépend de vos capacités ainsi que de votre gestion des changements. 

5. Ayez Confiance

Pour devenir Digital Nomad, il vous faudra beaucoup de confiance en vous ainsi qu’en vos projets. Vous vous rendrez assez vite compte que ce mode de vie séduit de nombreuses personnes. Mais peu pourraient en fait sauter le pas. Si votre projet est solide vous saurez convaincre vos proches, mais soyez prêt à répondre de nombreuses fois ou mêmes questions  typiques : « tu pars en vacances en fait ? », «  mais tu es sûr que ça va marcher ? », « ils vont jamais accepter…. » etc etc.

6. La gestion du stress

Comme on expliquait dans l’article sur les erreurs que l’on a faites en devenant Digital Nomad, la gestion du stress est primordiale pour que votre expérience soit réussie. Si vous n’arrivez pas à dompter votre stress avant de partir, je vous conseille fortement de travailler dessus : tout est décuplé lorsque l’on casse la routine et que l’on vit dans un environnement différent. 

7. De l’expériences

L’idéal serait que vous ayez déjà des expériences dans le travail à distance / working remotely ou alors dans vos activités de free lance. Il est plus simple de changer petit à petit plutôt que tout changer d’un coup : rythme de travail et environnement. En vous créant une routine avant de partir dans un environnement connu, vous vous adapterez très vite au nouvel environnement.

8. Voyagez léger

Quittez votre grosse valise et toutes vos affaires : pour être digital nomad il faut voyager léger ! Un bagage à main et un bagage en soute sont vraiment le maximum que vous devriez emporter avec vous. Pensez que toutes ces affaires seront à déménager systématiquement lors de vos changements de lieux : faire les valises, défaire les valises, et surtout les porter ! Alors autant que ce soit rapide :).

9. Etre au top technologiquement

Le vieil ordinateur qui risque de vous lâcher on oublie, préférez des appareils technologiques résistant, avec une bonne batterie et protéger en cas de vol : les systèmes de cloud sont idéals pour ça. Même si on vous vole tout votre matériel, vous ne perdrez pas votre travail.

10. Savoir profiter

Il faut savoir Lacher priser pour profiter au mieux de la vie de Digital Nomade

 

J’espère que ces conseils vous ont plu ! Est-ce que vous voyez d’autres que nous pourrions rajouter pour aider de futures Digital Nomade ?

Découvrez tous nos autres articles sur la vie de Digital Nomade, bonne lecture

Top 10 des erreurs en tant que Digital Nomad

La vie de Digital Nomad, une vie parfaite? 

La vie de Digital Nomad ressemble à une vie parfaite : vous travaillez où vous voulez, principalement sur la plage ou à côté d’une piscine, vous profitez d’une vie pas chère et vous voyagez quand vous voulez. Etant donné qu’il ne vous faut qu’une connexion internet, rien ne peut vous limiter que ce soit dans le temps ou l’espace. 

En pratique, la vie de Digital Nomad reste plus compliquée. Cela sera peut être un peu difficile à lire pour certains, mais cette vie n’est pas toujours parfaite et elle peut être très prenante émotionnellement si on ne fait pas attention. Il y a plusieurs erreurs à ne pas faire lorsqu’on commence sa vie de Digital Nomad. On peut en parler en connaissance de cause, je pense que nous avons fait absolument toutes ces erreurs, bien sûr nous avions lu les forums mais on pensait qu’on pourrait y arriver. 

La réponse est non, si vous voulez devenir Digital Nomad et en profiter à fond, lisez bien ces conseils.

1 – Etre Digital Nomad = Ne pas se poser ? 

Lorsqu’on arrive dans un nouveau pays, on veut souvent tout voir et tout visiter. Après 2 semaines sur une île on imagine que l’on a déjà fait le tour et qu’on peut donc repartir. On fait ça une fois, deux fois et puis ça marche donc on continue. On bouge tous les weekends en gérant, les bâteaux, taxis, avions, on trouve un nouveau airbnb et on découvre un nouvel endroit. Au bout d’une semaine on a vu toute l’île donc on bouge de nouveau. On finit par stocker des valises dans les espaces de stockage, de prendre un petit sac avec soit et de ne changer d’affaires que dans les espaces de stockages. 

C’est la principale erreur de tous les Digital Nomad et vous pourrez la retrouver sur la plupart des forums : il faut se poser au minimum 1 mois. Le meilleur moyen est de se forcer de louer un endroit pour au minimum 1 mois. Vous pourrez toujours partir en weekend, mais vous n’aurez plus le stress du déplacement des valises, vous reviendrez à un seul endroit. 

Cela vous économisera beaucoup de stress et de fatigue en moins. Vous avez le temps, prenez le et cela vous évitera d’autres erreurs de la vie de Digital Nomad. 

 

2- Vouloir tout faire en même temps

Vous venez de commencer la vie de Digital Nomad, il faut absolument faire ce spot de snorkelling, passer le permis plongée, aller admirer le coucher de soleil sur cette plage, tout en assistant à toutes les réunions du travail, développer tous les projets perso et bien sûr aller prendre l’apéro jusqu’à très tard. 

Globalement ça ne marche pas. Il faut apprendre à prendre le temps, c’est dur en quittant la vie parisienne ou autre, on a tellement l’habitude d’avoir un temps limité pour les vacances que l’on veut tout faire dans un temps réduit. Devenir Digital Nomad, c’est accepté de pouvoir prendre plus de temps pour réaliser des projets. 

Souvenez vous vous passerez au minimum 1 mois à cet endroit, alors vous pouvez prendre tout le temps que vous voulez pour le découvrir. La vie de Digital Nomad nous apprend à ralentir mais c’est parfois difficile à accepter. 

 

3- Vivre en horaire Européen 

En général vos clients / employeurs restent basés dans une zone horaire différente de la votre, du coup vous avez tendance à vous adapter à eux. Bien sûr qu’une réunion à 17H ne posera pas de problème, pour vous cela signifie 23h mais bon tout le monde est en Europe alors il faut bien s’adapter…. 

Non à 23h vous êtes sensés vivre votre vie, si vous ne vous imposez dès le départ des horaires très strictes vous aurez tendance à dépasser très très rapidement et finalement vous vivrez en horaires européens en étant en Thailande. C’est un peu dommage? Surtout que vous ne profiterez de rien. 

Vous avez choisi de changer de vie, donc c’est important même en tant que Digital Nomad de mettre des limites, à 23h vous avez des bien meilleurs plans que de vous tappez 1h de réunion, elle peut soit être décalée soit ils vous enverront le contre rendu.

 

4- Les talons d’Achille du Digital Nomad : électricité, internet

La vie de Digital Nomad, impose que vous vous créez de nombreuses solutions en cas de problème. La base de votre mode de vie repose sur un accès internet de qualité (comptez au moins 10 Mo, grand minimum 5 Mo) ainsi que sur un accès constant à de l’électricité. 

Sauf que rien n’est aussi simple et en bougeant souvent vous vous apercevrez qu’obtenir un internet de qualité dans un paysage de rêve est souvent assez compliqué. 

Pour palier à ces problèmes, prévoyez un routeur par personne, plusieurs cartes SIM de différents opérateurs que vous pourrez recharger simplement, si un réseau téléphonique s’arrête pour une raison X ou Y vous pourrez en utiliser un autre. Gardez votre ordinateur soit chargé à fond, soit toujours à 50%, ce n’est pas le mieux pour la batterie, mais ça vous évitera de louper une deadline si votre ordinateur n’a plus que 10% de batterie et qu’il n’y a soudainement plus d’électricité : ils ne préviennent pas.

 

5- Le Digital Nomad fait trop souvent la fête 

Cette erreur si je ne pense pas que beaucoup la feront mais il est important de la noter. Beaucoup d’étrangers que vous rencontrerez sont là pour des vacances et ont envie d’en profiter à fond : ils font la fête et repartent le matin avec un cocktail magique pour enlever la gueule de bois et une paire de lunettes de soleils. Le Digital Nomad lui il travaille le lendemain et se mettre minable en semaine, c’est comme sur Paris, c’est possible une fois de temps en temps mais très rarement. 

Sans comptez que vous pourrez vous assurer que votre client principal ou votre patron décidera d’un call super important dans la journée : bien sûr ce genre de chose n’arrive jamais lorsque vous avez dormi 10 h :).

 

6- Travailler trop : un contre cliche du Digital Nomad

Attention je vais casser tous les clichés que vous pouvez avoir ! Le Digital Nomad ne passe pas ses journées au bord de la piscine en travaillant 2h par jour tout en perfectionnant son bronzage. Non. Globalement un Digital Nomad, comme la plupart des personnes travaillant à distance, il travaille plus. Au minimum 2 à 3h de plus par jour (moyenne personnelle), sans comptez qu’il ne connait pas toutes les petites pauses que l’on peut prendre au bureau. 

Il y a un effet de vouloir absolument prouver que l’on peut faire mieux, qu’on soit toujours présent etc. Rien ne serait pire qu’au bureau tout le monde pense que vous soyez qu’à la piscine et qu’on vous retire tous vos projets? 

Si vous êtes free lancers, on a tendance à accepter tous les projets qui viennent, car on ne sait pas si demain de nouveaux projets viendront : on devient dépendant d’un hypothétique client. 

Dans les 2 cas, il faut savoir mieux gérer son temps en mettant des vraies limites, vous avez choisi de changer d’endroits mais vous continuez sur le même contrat, rien ne vous oblige à doubler le volume de travail.

 

7- Le Digital Nomad gère mal sa fatigue et le stress

Vous ne pouvez pas être stressés vous passer votre temps sur les plages? Fatigués voyons vous dormez jusqu’à midi tous les jours, vous vivez en Thailande ce sont des vacances forcément… Combien de fois allez vous entendre ce genre de phrases? Je vous casse le suspense beaucoup de fois. Au début c’est assez énervant et puis finalement on comprend que la plupart de nos interlocuteurs ne connaissent pas ce mode de vie. 

Du coup en tant que privilégié, vous ne vous sentez pas fatigué ou stressé, après tout vous êtes dans un endroit de rêve cela serait une honte de ne pas en profiter. 

Il faut savoir se remettre en question et écouter le stress et la fatigue. Le stress est beaucoup plus présent dans la vie de Digital Nomad que l’on peut l’avoir dans une vie “normale” pas de sécurité de logement, d’emploie, de vie, un mode de vie que personne ne comprend etc. 

Cela n’est pas forcément facile à gérer et il est donc primordiale de bien se reposer et de profiter régulièrement. 

 

8- Ne pas rencontrer d’autres digital Nomad

Pourquoi rencontrez des gens qui vont partir dans 3 semaines comme vous ? Tout le monde est nomade et il peut sembler assez fatiguant de répéter tout le temps les même phrases, la même histoire et entendre les même commentaires. 

Oui mais les Digital Nomade que vous rencontrerez ils connaissent vos galères, ils savent ce que c’est d’être fatigué d’avoir tout ce stress quotidien qu’internet peut vous lâcher, d’être isolé par rapport à ses amis proches et à sa famille etc. Ils pourront vous donner des astuces et cela fait du bien de rencontrer des gens qui comprennent et avec qui vous pouvez partager et qui sait au bout de 10 rencontres, vous rencontrerez votre future BFF!

 

9- Faire des déplacements en “semaine”

Choisir de changer d’endroits en semaine et non pas le weekend cela peut sembler génial : comme ça vous profitez à fond de votre weekend ! Oui sauf que, qui dit nouvel endroit dit nouvelles contraintes. Imaginez que vous déménagiez sur un jour un jour de travail, sans le dire sinon c’est pas drôle, de Paris à Bordeaux entre les bus pour aller et revenir aux gares, les retards de la SNCF, la perte d’internet pendant le déplacement  et l’absence d’internet une fois arrivée à destination, vous aurez un aperçu de tout ce qu’il peut se passer pendant un déplacement en semaine.

Alors oui c’est sûr, vous pouvez bouger jusqu’à 10h heure européenne et faire un  déplacement jusqu’à 15h mais en général cela ne se passe pas aussi bien que prévu et il est très sage de compter sur plusieurs facteurs pouvant créer du retard. 

Au début nous nous déplacions en semaine, mais nous avons très vite arrête pour se déplacer seulement le weekend : cela permet de le faire beaucoup plus facilement. 

 

10- Ne pas assez profiter : gérer sa frustration 

Etre Digital Nomad dans l’imaginaire collectif c’est passé son temps en vacances en ayant miraculeusement de l’argent qui tombe sur notre compte en banque. En pratique, si on ne travaille pas on ne reçoit pas d’argent donc on ne peut pas passer son temps sur la plage cela n’est pas possible. 

On connait alors une frustration d’être dans un endroit de rêve mais de ne pas pouvoir tout faire que ce soit pour des problèmes de temps ou alors d’argent : en effet lorsque vous venez en vacances vous avez un budget vacances mais lorsque vous vivez sur place le budget est moins important et cela peut prendre plus du temps pour faire de la plongée, passer des permis etc. 

Il faut se rappeler qu’on a tout le temps et que la vie de Digital Nomad c’est surtout le slow travel et prendre son temps 

 

Et vous que pensez vous de la vie de Digital Nomad ? Connaissez vous d’autres erreurs que vous auriez pu faire? 

Prolongation Visa touristique Vietnam en 2018

Visa touristique de 15 Jours Vietnam en 2018

Depuis 2017, certains pays européens sont exemptés de demande de visa touristiques pour rentrer sur le territoire Vietnamien. En tant que français, vous n’avez pas besoin de visa pour vous rendre au Vietnam pour un séjour touristique de moins de 15 jours. Il n’est cependant pas possible de prolonger le visa touristique de 15 jours sur place si vous décidez de rester plus longtemps au Vietnam. Il est donc très important de bien planifier la durée de votre séjour en avance pour éviter de devoir ressortir du territoire pour pouvoir ensuite revenir au Vietnam. De plus, si vous souhaitez rentrer au Vietnam dans les 30 jours suivants, vous ne pourrez pas bénéficier d’une deuxième Visa tourisme gratuit de 15 jours, vous devrez faire une demande de E-Visa – Visa Electronique Tourisme d’une durée d’un mois.

Prolongation de visa touristique au Vietnam en 2017

Le visa touristique de 15 jours délivré gratuitement aux citoyens à votre arrivée a l’aéroport de Hanoi par exemple. Ce visa touristique d’une durée de 15 jours est avec  entrée simple. Cela signifie que vous ne pourrez pas rentrer et sortir du territoire pour aller visiter le Laos ou le Cambodge voisin par exemple. Si vous sortez du territoire vous devrez faire une demande de visa touristique valable un mois. Il ne sera pas possible de bénéficier d’un autre visa touristique de 15 jours ou de prolonger votre visa touristique de 15 jours comme indiqué précédemment.

Agences et Prix Prolongation de Visa au Vietnam en 2017

Il existe des agences de voyages dans le vieux quartier d’Hanoi qui proposent des services d’extensions et de prolongation de visa. Le coût variera en fonction de l’agence et je ne sais pas si cela fonctionne bien ne l’ayant pas essayé. Ce service d’extension de visa ne fonctionnera que pour les visa touristiques de 1 ou 3 mois avec entrée simple ou entrée multiples.

 Il n’est donc pas possible de prolonger un visa touristique de 15 jours. Vous ne pourrez pas  également sortir du territoire et rentrer à nouveaux deux heures après pour avoir un nouveau visa touristique de 15 jours. Si cela est effectivement possible en Thailande et largement pratiqué par la communauté de Digital Nomade, cela n’est malheureusement pas possible pour un visa touristique Vietnamien.

Demande de E-Visa / Visa électronique touristique Vietnam en 2017

Il existe depuis 2017 la possibilité de faire une demande de E-Visa – Visa électronique pour les résidents de plus de 40 pays dont la France fait partie. Ainsi pour tous les citoyens français, vous n’aurez pas besoin de vous déplacer a l’ambassade ou au consulat Vietnamien pour réaliser votre demande de visa touristique d’un mois avec entrée simple. Si vous souhaitez un visa touristique avec entrée multiples ou un visa touristique de 3 mois, vous devrez dans ce cas quand même vous déplacer ou passer par une agence de visa en France.

La demande de Visa éléctronique tourisme 1 mois pour le Vietnam se fait sur leur site internet grâce au lien ci-dessous :

https://evisa.xuatnhapcanh.gov.vn/en_US/web/guest/trang-chu-ttdt

Prolongation d’un visa éléctronique tourisme d’un mois en 2017

Contrairement au visa touristique de 15 jours qu’il est impossible de prolonger sur place, Le visa touristique d’un mois peut être prolongé pour une durée d’un mois sur place. Vous pouvez vous rendre directement a l’aéroport d’Hanoi et réaliser les démarches auprès de l’immigration ou tout simplement demander a une agence de réaliser l’extension du visa pour une durée de 30 jours supplémentaires. Assurez-vous juste que l’agence est reconnue et sérieuse et que le coût n’est pas exorbitant.

En général les agences locales prennent entre 20 et 30 dollars. Il faut compter environs 5 jours pour la délivrance du nouveau visa. Ne vous y prenez pas au dernier moment car vous n’aurez pas le droit de rester sur le territoire Vietnamien si votre visa est périmé ou en cours de prolongation.

Visa touristique ambassade du Vietnam à Paris en 2017

Prix du visa touristique 1 mois en 2017

Vous pouvez retrouvez les prix des visas pour le Vietnam sur le site de l’ambassade du Vietnam. Le coût du E-Visa pour le Vietnam est de 25 euros à payer sur internet.

Il existe 3 types de visa touristique

  • Un mois avec entrée unique
  • Un moins avec entrée multiples
  • 3 mois avec entrée unique

Le coût du visa touristique 1 moins multiple entrée est de 60 euros tout comme le coût du visa touristique 3 mois est de 60 euros en Juillet 2017.

Vous devez idéalement connaitre votre date d’arrivée avant de faire une demande de visa touristique pour le Vietnam. Si votre date d’arrivée est prévue le 1er Juillet 2017, vous ne pourrez pas arriver avant. Si vous arrivé après, cela raccourcira votre visa puisque votre date de sortie ne pourra pas dépasser le 31 Juillet 2017

Délai d’obtention du visa

Le délai est environ d’une semaine, voir 3 jours dans le cas d’une procédure express à l’ambassade du Vietnam.

Overstay Vietnam, une mauvaise idée

L’overstay (dépassement de Visa) est une mauvaise idée au Vietnam qui est très stricte. Si l’overstay en Thailande et plutôt courante et toléré tout comme à Bali pour un coût non prohibitif, le Vietnam reste très sévère et vous rencontrerez de nombreux soucis et paierai une forte amende. D’autant plus que cela implique de prendre le risque de louper son vol.

Numéro Ambassade au VietNam

Vous pouvez contacter l’ambassade du Vietnam au +33 1 44 14 64 00, néanmoins en lisant les avis et commentaires sur Google , il y a très peu de chances qu’ils vous répondent et qu’ils vous fournissent une aide quelconque.

Adresse Ambassade Vietnam

Ambassade Vietnam Paris.jpg

Avis ambassade du Vietnam

avis google ambassade Vietnam.jpg

En ce qui nous concerne, nous avions pris un visa de 15 jours en arrivant a l’aéroport est donc n’avons pas pu prolonger notre visa tourisme. Nous avons donc décidé de nous envoler vers le Cambodge!

Contrairement à la Thailande  et au Vietnam, le Cambodge ne propose pas de Visa gratuit. Le visa se fait rapidement sur place a votre arrivé pour 30 dollars et 2 dollars de plus si vous n’avez pas. Vous pourrez ainsi rester 1 moins avec entrée simple grâce a ce visa. Consulter notre article demandes de visa et prolongation de visa au Cambodge si vous souhaitez plus d’informations.

Les Auteurs du blog génération digital nomade digitale :

Clara et Mathieu sont deux expatriés Francais à Amsterdam, après 1 an à Londres, ils ont décidé de s’installer a Amsterdam durant 3 ans. Ils ont ensuite décidé de devenir digital nomade et de faire le tour du monde alternant coworking space et café au bord de plage paradisiaque. Devenez vous aussi libre et réaliser vos rêves grâce à nos conseils pour devenir digital nomade.

Test et Avis espace de coworking Toong – Hanoi 2019

Test et Avis bureaux partagé Toong à Hanoi

Toong est une chaine Vietnamienne d’espace de coworking. Il existe 5 espaces de travail partagé Toong au Vietnam 3 à Hanoi, un à Da Nang et un autre à Ho Chi Min (Saigon). Toong a aussi une activité d’hébergeur de startups. En effet de nombreuses startups sont installées dans les espaces de coworking occupant les multiples box existant.

Lors de notre séjour de digital nomade à Hanoi, nous avons testé deux espaces de coworking Toong à Hanoi, celui du centre et celui qui se trouve à Hanoi West Lake.

Espace de coworking Toong Hanoi Center Lake

L’espace coworking se trouve au dessus du restaurant Vuvuzela, ce qui est assez pratique si vous souhaitez vous restaurer le midi ou en fin de journée . Il est parcontre très difficile de trouver l’entrée de l’espace de coworking car il n’y a aucun panneau et aucunes indications. L’adresse est cependant bien renseignée sur Google Map.

coworking toon Hanoi.jpg

Lorsque vous arrivez au restaurant Vuvuzela, juste avant se trouve une entrée avec une arche. Vous devrez ensuite monter les escaliers sur votre gauche et vous rendre au 1er Etage.

L’espace de coworking et les bureaux partagés sont divisés entre le 2ième et le 3ième étage. Au 2ième étage se trouve un long couloir peu lumineux avec beaucoup de bureaux. Ainsi qu’un petit espace carré avec 4 bureaux a côté de la réception. Au troisième étage se trouve un grand espace partagé avec un bar. Il y a de nombreux bureaux et de nombreuse prises.

Nous avons passé une journée entière à travailler et cela était plutôt confortable et agréable. Le troisième étage comprend beaucoup d’espace et il est très lumineux. Par ailleurs, il n’y avait pas beaucoup de coworkers lorsque nous y étions (au mois de Juillet 2017!) et l’ambiance était très calme et studieuse. Les chaises sont assez basique mais confortable. Quelques poufs … seraient les bienvenus! La qualité du wifi est par vraiment excellente, ce qui est un bon point énorme pour tout les digital nomade!

Qualité de la connexion wifi

La connexion internet est donc très bonne. En effet, les deux jours où nous nous y sommes rendu, nous avons eu plus de 100 méga ce qui est très rare au Vietnam. En général les connexion varie de 2 a 40 méga dans les hôtels ou logement Airbnb.

La climatisation est également ) température normale. Si vous n’êtes pas habitué à voyager en Asie du Sud Est, cette remarque pourra vous sembler étranger mais il est très fréquent que la climatisation des magasins, taxis, aéroport, bureaux soit beaucoup trop froide et que l’on doit mettre un pull alors qu’il fait 35 degrés dehors… Ce point est donc assez important pour pouvoir travailler dans un espace de coworking confortablement!

test Connexion internet coworking

Salle de réunion et box privatif

Le seul inconvénient est qu’il y a peu de box pour s’isoler et pour appeler. Si vous n’avez pas ou très peu d’appel a passé cela n’est pas gênant et l’endroit est parfait et très calme pour travailler. Parcontre, si vous devez passer de nombreux appels, cela pourra devenir vite contraignant voir impossible de travailler correctement au sein de l’espace de coworking sans être dérangé ou sans déranger les autres.

Services espace de coworking Toong

En tant que membre journalier ou membre mensuel ou annuel, vous aurez accès a un certains nombres de services tels que les boissons gratuites à volonté (Thé, Café, Eau). Il y a également la possibilité d’acheter quelques snack mais pas réellement de nourriture. Vous devrez pour cela descendre au restaurant en dessous qui n’est pas donné! 130K Vietnamese Dong pour un plat de pâtes (quasiment 5 euros). Si vous sortez du bâtiment, en marchant une minute ou deux vous pourrez facilement manger local dans les rues d’Hanoi pour 1 ou 2 euros.

Coût espace de coworking

Le cout d’une journée de coworking space est de 120 000 Vietnamese Dong (4,6 euros en 2017) , ce qui représente environ 5 euros. Cela est très correcte et vous pourrez y rester toutes la journée en allant vous restaurez a côté le midi. Si vous travailler une journée complète dans un bar, vous consommerez surement plus et vous n’aurez pas le même confort de travail.

prix espace de coworking toong.jpg

Horaires d’ouverture

L’espace de coworking est ouvert de 08h00 a 21h00 ce qui est plutôt pratique. Il est ouvert du Lundi au Samedi et le dimanche…

Test et Avis coworking Space Hanoi Toong Lake

Salle réunion toong coworking hanoi.jpg

Le prix, les horaires d’ouverture, le service et les mode de fonctionnement sont similaires dans tous les espaces de coworking Toong. Il n’y a donc aucunes différences par rapport aux informations données précédemment.

L’espace de coworking Toong Hanoi West Lake se trouve, comme son nom l’indique. Le quartier est très sympa et beaucoup d’expatriés et de digital nomade s’y trouve. C’est un des quartiers huppé de Hanoi, ou le trouve de nombreux restaurant, de nombreuses caves a vin 🙂 et des écoles internationales. Il y a également d’autres coworking space dont notamment le ClickSpace coworking & Spacebar café a une centaine de mètres.

Un espace de coworking plus grand avec des box fermés

L’espace de bureaux partagés Toong Hanoi West Lake est donc très bien situé et plus grand que celui du centre. Il est composé d’un étage très grand avec de nombreux box et une grande salle de réunion. En discutant avec des expatriés Francais à Hanoi, il est vraiment très peu fréquenté et principalement par des expatriés ou des digitals nomades.

Il est également plus grand et plus lumineux et le fait d’avoir plusieurs box privatifs accessibles gratuitement sans réservation et un gros avantage. La connexion internet est également très bonne. Il est en général très calme, néanmoins certaines salles de réunion donne sur une piscine qui peut être très bruyante, notamment durant les vacances scolaires.

Vous connaissez d’autres espaces de coworking à Hanoi? N’hésitez pas à partager en commentaire vos conseils et bon plans avec les lecteur de notre blog de digitals nomades!

Les Auteurs du blog génération digital nomade digitale :

Clara et Mathieu sont deux expatriés Francais à Amsterdam, après 1 an à Londres, ils ont décidé de s’installer a Amsterdam durant 3 ans. Ils ont ensuite décidé de devenir digital nomade et de faire le tour du monde alternant coworking space et café au bord de plage paradisiaque. Devenez vous aussi libre et réaliser vos rêves grâce à nos conseils pour devenir digital nomade.

Top 10 des questions à poser a son expert comptable aux Pays-Bas en 2018

Top 10 : Questions à poser à votre expert comptable aux Pays-Bas en 2017 

1 – Créer son entreprise aux Pays-Bas

Comme évoqué dans notre article créer son entreprise aux Pays-Bas, la création d’une entreprise est relativement simple et rapide aux Pays-Bas et cela même si vous ne parlez pas néerlandais, l’anglais sera suffisant. N’hésitez pas cependant à prendre un expert comptable. En effet, il saura vous guider dans  les démarches administratives et vous évitera de payer des amendes pour des démarches que vous aurez oublié de réaliser ou que vous aurez mal réalisés, notamment du fait de la barrière de la langue. Le coût d’un expert comptable aux Pays Bas n’est pas excessif et il est déductible en frais tout comme en France.

2 – Choisir le statut de son entreprise aux Pays-Bas

Votre expert comptable saura vous orienté pour le choix du statut de votre entreprise. Si vous avez uniquement une activité de service en tant que free lancer avec peu de clients, le choix sera assez simple et une société « eenmanzak… «  équivalent a une EURL (Entreprise Unipersonnelle a responsabilité limité) en France.

Cependant, si vous avez une activité de vente de produits, une activité plus complexe ou a fort revenus, il pourra être intéressant de créer une SARL, appellé BV aux Pays-Bas :Besloten Vennootschap. Un des avantages et que vous pourrez vous verser un salaire moins important que vos revenus et donc optimiser fiscalement puisqu’en fin d’année vous déclarez des revenus moins importants et la part restante sera imposable mais a un taux moins important.

3 – Les déclarations de TVA

Votre expert comptable pourra également réaliser vos déclarations de TVA pour vous et vous éviter des erreurs simples qui généreront des amendes de plus de 200 euros la plupart dut temps (265 euros dans mon cas pour ne pas avoir déclarer que je n’avais pas perçu de TVA!). Si vous avez un seul client ou une activité très simple, l’expert comptable ne sera cependant pas indispensable. Vous pourrez réaliser votre déclaration de TVA aux Pays-Bas vous même.

4 – Le travail à distance / de chez soi

SI vous êtes free lancer et que vous souhaitez travailler de chez vous, vous pouvez déduire une partie de votre loyer. Cependant les règles sont assez strictes et peu applicable. En effet, il faut que votre logement comprenne un accès séparé avec une porte séparé pour votre bureau professionnel. Si vous êtes dans ce cas, vérifiez avec votre expert comptable la législation et les différentes possibilité. N

Vous pouvez également travailler dans un espace de co-working space ou encore devenir digital nomade et parcourir le monde comme nous le faisons et travailler d’une plage en Thailande ou encore d’un coworking space A Bangkok ou a Hanoi!

5 – Les frais professionnels, que peux ton déclarer

La déclaration de frais professionnels est plutôt similaire à la France, vous pourrez déclarer l’ensemble des frais nécessaires a votre activité tels qu’un téléphone, un ordinateur, une connexion internet… Vous pourrez également déclarer les frais de transport, de déplacement ou de bouche lié a votre activité où à la rencontre de clients.

6 – Le nombre de clients minimum

Selon la loi néerlandaise, sur le long terme vous devez avoir plus d’un client pour conserver votre société, faute de quoi votre contrat avec votre client pourra être considéré comme un emploi déguisé et vous pourrez éventuellement être en droit de demander la requalification de votre relation contractuelle en contrat de travail. L’Etat néerlandais pourrait donc vous sanctionner du fait de cette situation de client unique. Il faudra donc que vous ayez sur le moyen-long terme plusieurs clients. L’Etat néerlandais comprend bien qu’au début d’une activité , il est fréquent d’avoir uniquement un seul client. Cependant, la loi néerlandaise reste vague sur la durée durant laquelle vous pourrez conserver votre activité avec un seul client uniquement. Il y a donc un certain flou qui peut vous être soit favorable soit préjudiciable en fonction de votre situation.

7 – L’adresse de votre société au Pays Bas

L’adresse de votre société peut être la même que votre adresse personnelle actuelle et cela même si vous êtes locataire. Il est à notre connaissance pas nécessaire de demander l’autorisation de votre propriétaire pour immatriculer votre société a votre adresse dans le cadre d’une activité de service sous le statut « eenmanzak ». Par ailleurs, l’adresse devra forcément être aux Pays-Bas et ne pourra pas être dans un autre pays. Si vous n’avez plus d’adresse aux Pays-Bas (que vous vous soyez désenregistré ou non) vous ne pourrez pas conserver votre société aux Pays-Bas et cela même si tous vos clients sont également basé aux Pays-Bas.

8 – Le calcul des impôts sur les bénéfices au Pays bas

Le montant d’imposition des bénéfices aux Pays-Bas après déduction des frais, exonération et abattements est le suivant :

Taux et tranche d’imposition pays Bas

  • Jusqu’à 19,982: 8.9 percent (EUR 1,778)
  • Entre 19,982 euros et  33,791 euros: 13.15% (EUR 1,816–3,594)
  • Entre 33,791 euros et 67,072 euros: 40.80%  (EUR 13,579–17,173)
  • Au delà 67,072 euro : 52%

Le montant de l’imposition dépend de nombreux facteurs qui peuvent faire varier positivement ou négativement le montant d’imposition. Pour éviter toute surprise, partez sur une base de calcul d’imposition haute et épargner ce montant tout les mois.

Consulter notre article sur les différences d’impôts entre la France et les Pays-Bas pour plus d’informations. Vous pouvez également vous rendre sur le site du Belastingdienst (Impôts néerlandais)

Les déductions fiscales possibles aux Pays-Bas

Il existe deux déductions fiscales possibles aux Pays-Bas pour les sociétés avec le statut “eenmanzak”  :

Exonération 1 : 7000 euros

Exonération 2 : 2000 euros

Par ailleurs un abattement de 40% est également réalisé avant de calculer le montant total imposable. Nous avons créer un calculateur excel, si vous nous le demandez en commentaire nous vous l’enverrons par email.

9 – La fermeture d’une entreprise aux Pays-Bas

Fermer son entreprise aux Pays-Bas est très simple, cela consiste à réaliser une déclaration sur internet et si vous quittez le pays a vous rendre a la Mairie la plus proche ou a faire la déclaration par courrier. La déclaration par courrier est possible uniquement si la totalité des personnes composant votre ménage quittent les pays bas. Pour plus d’informations et télécharger le formulaire vous pouvez consulter le site Iamsterdam.

Vous devrez par ailleurs réaliser une clôture fiscale supplémentaire. Par exemple si vous fermer votre société néerlandaise en Février 2018, vous ou votre expert comptable aller devoir réaliser une clôture pour Janvier-Février 2018.

10 – L’ouverture d’un compte bancaire

Ouvrir un compte bancaire aux Pays-Bas est assez simple, il vous suffit d’avoir une adresse aux Pays-Bas et de vous déplacer dans n’importe qu’elles banques. Ing et Abn Amro sont les deux principales banques aux Pays-Bas. Si vous ne parlez pas néerlandais, je vous conseil Abn Amro car l’espace compte en ligne est en Anglais et ils ont un service dédié pour les anglophones . Pour en savoir plus vous pouvez consulter notre article ouvrir un compte bancaire aux Pays-Bas.

L’assurance maladie pour les professionnels

En fonction de votre activité, il peut être nécessaire de contracter une assurance maladie professionnelle. Je dois vous avouer que je ne suis pas trop calé sur ce sujet. N’hésitez pas à partager des infos en commentaire si vous en avez plus. J’ai un peu négligé cet aspects qui peut se révéler très important. Un ami Australien a payé 5000 euros pour un appendicite à Amsterdam et il n’avait pas d’assurance maladie. il a heureusement pu faire passer les frais sur l’assurance de sa carte bancaire Visa Premier. Si vous avez pas encore de carte Visa Premier, sachez qu’elles sont gratuite en France chez toutes les banques en ligne, pour plus d’informations, vous pouvez consulter ce comparateur bancaire

Les Auteurs du blog génération digital nomade :

Clara et Mathieu sont deux expatriés Francais à Amsterdam. Après 1 an à Londres, ils ont décidé de s’installer a Amsterdam durant 3 ans. Ils ont ensuite décidé de devenir digital nomade et de faire le tour du monde en alternant espace de coworking et café au bord de plages paradisiaques. Devenez vous aussi libre et réalisez vos rêves grâce à notre guide pour devenir digital nomade.

Demande de visa pour vivre en Thailande

obtenir un visa vivre en thailande

Lorsque l’on décide de partir vivre en Thailande, il y a un point qui nous rattrape assez rapidement c’est comment obtenir un visa…

On a quitte le confort de l’Union Européenne et on se retrouve dans une vraie situation d’expat où si on a plus de visa, on peut avoir de sérieux problèmes.

Vivre en Thailande

La Thailande est le pays des digital nomades par excellence, la connexion internet y est bonne, les loyers pas chers, le cout de la vie vraiment accessible même avec un salaire minimum francais et surtout on sort de la folie quotidienne…  En vivant en Thailande, on découvre une bulle rose où tout va bien. Que ce soit le cas ou pas d’ailleurs vous avez décidé que tout ira bien et donc vous trouverez des solutions là ou avant vous n’auriez vu que des problèmes.

On sort le matin en profitant d’une température entre 25 et 35 degrés, pour les jours les plus difficiles, le soleil est présent presque tous les jours de l’années, on peut facilement aller sur une plage paradisiaque le week end … Alors vraiment pourquoi s’en priver ?

Comment obtenir un visa en Thailande ?

Il existe plusieurs sortes de visa pour pouvoir entrer puis rester en Thailande, le plus simple est le tampon (stamp) le plus difficile est le visa de travail (working permit).

le tampon / le stamp

En arrivant à l’aéroport on vous demandera de remplir une petite fiche de renseignement, en soit c’est très banal, c’est la fiche classique que l’on doit remplir dans plus ou moins chaque pays lorsque l’on quitte l’UE. Vous présentez en souriant (mais pas trop non plus) votre passeport et la petite fiche et normalement vous aurez un tampon sur votre passeport. Attention le tampon est valable 1 mois.

Si vous décidez de partir visiter un autre pays en traversant une frontière terrestre, vous gagnerez 15 jours supplémentaires, si vous décidez de voyager par voie aérienne, vous gagnerez 30 jours supplémentaires. Normalement une fois ces 15 extra jours ou 30 extra jours vous devrez quitter le pays. Vous avez donc le droit de vivre en Thailande pendant 60 jours.

l’overstay en Thailande

Lorsque vous restez plus longtemps que le tampon ou votre visa vous le permettait. Il faut faire assez attention aux overstays car si vous en faites trop souvent, vous pourrez vous retrouver sur la liste noire thailandaise et ne plus pouvoir rentrer dans le pays. Prévoyez toujours un vol au Cambodge, Laos , Malaysie, Indonésie, au cas où … Attention le Vietnam nécessite un visa , vous ne pouvez pas débarquer dans le pays du jour au lendemain .

le visa excemption et les visa run

En suivant exactement les règles, vous êtes arrivés en Thailande, vous avez eu un tampon de 30 jours, plus 30 jours grâce à un voyage en Malaysie et là normalement vous devez quitter le pays.

Si vous souhaitez rester seulement 30 jours de plus vous pouvez vous rendre aux services de l’immigration, payer 1900 THB et vous aurez le droit de rester 30 jours supplémentaires.

En respectant la lois strictement, nous ne pouvons pas recommander de faire plus d’une sortie du territoire, en pratique… les visa runs continuent d’être aussi réguliers qu’avant et de nombreux touristes vivent en Thailande uniquement grâce aux visa run.

 Le METV – visa touristique multiple entrées

Pour obtenir ce visa, vous devez absolument le demander avant de quitter votre pays de résidence, même si vous viviez dans un pays différent que votre pays d’origine. Par exemple, nous vivions à Amsterdam, nous aurions du allés au Consulat Thailandais pour obtenir ce visa ou alors l’Ambassade de Thailande à Paris.

Il faut des papiers assez simple : une preuve que vous habitez sur Amsterdam, une facture d’eau ou d’électricité, le billet aller retour, une preuve de travail, comme quoi vous êtes sous contrat de travail pour la période du visa (c’est assez fou quand on y réfléchit mais  bon) et vos relevés de comptes en banque : le minimum est 5000 E. Ce visa est vraiment simple et je vous conseille vraiment de le faire avant de partir. Si vous avez votre propre entreprise, vous pouvez vous faire votre propre déclaration.

Il est possible de rentrer chez vous au bout de 6 mois et de refaire une demande pour retourner vivre en Thailande.

le visa éducation

On part maintenant sur les visas plus trickis, lorsque vous n’avez pas envie de faire des visa run tous les 30 jours et que vous ne pouvez plus demander le METV, il reste une solution magique le visa éducation. Alors je sais ca semble un peu dingue, surtout que la plupart d’entre vous en ont fini avec les études mais cela reste une très bonne solution. Si vous voulez apprendre le Thai, les massages, la cuisine thailandaise, vous pourrez obtenir un visa de 3 mois puis une extension de 1 an : cela règle tous les problèmes ! Pour vivre en Thailande c’est mieux de pouvoir parler Thai :).

On peut faire la demande en ligne et vous aurez des cours de temps en temps, je trouve que c’est la meilleure des solutions, cela permet d’apprendre la langue du pays tout en vivant légalement ici.

Le visa de travail : working visa

Le visa de travail est de loin le plus difficile à obtenir pour vivre en Thailande car il faut pour cela qu’une entreprise soit sponsors. Il faut savoir que les Thailandais différencient les visa de travail en fonction du pays d’où  vous venez. C’est-à-dire qu’il vous faut un salaire minimum différent si vous êtes de nationalité Francaise, ou Indonésienne ou Togolaise. Pour un Français, Canadien, Americain, Japonais, le salaire minimum est 50K THB par mois soit aux alentours de 1200 E. Il faut donc pouvoir le justifier à l’entreprise : pourquoi devrait-elle dépenser plus pour un employé ne parlant pas la langue locale.

C’est un peu le graal à obtenir.

Salaire minimum visa de travail en fonction de la nationalité

50,000 Baht/mois: UE, Australie, Canada, Japon, et USA

45,000 Baht/mois: Corée du Sud, Singapour, Taiwan et Hong Kong

35,000 Baht/mois: Pays d’Europe de l’Est, Pays Asiatiques, Amériques du Sud, Amériques centrales, Mexique, Turquie, Russie, Afrique du Sud

le visa de travail via Iglu

Iglu est une entreprise finlandaise qui a rapidement compris le bénéfice à tirer de cette histoire de visa. Grâce à une bonne connaissance des lois thailandaises, ils arrivent à proposer une solution un peu border line mais ca reste une solution. Comme la plupart des digital nomade vivant en Thailande sont des développeurs, ils permettent aux digital nomade travaillant dans le développement web etc. d’obtenir un visa en facturant 30 % de commission et en facturant eux même les clients finaux .

Beaucoup de digital nomade nomade ont opté pour cette solution au bout de quelques années car cela leur permet de ne plus avoir stressés pour des visa run et de vivre tranquillement en Thailande.

Les Auteurs du blog génération nomade digitale :

Clara et Mathieu sont deux expatriés Francais à Amsterdam, après 1 an à Londres, ils ont décidé de s’installer a Amsterdam durant 3 ans. Ils ont ensuite décidé de devenir digital nomade et de parcourir le monde alternant coworking space et café au bord de plage paradisiaque. Devenez vous aussi libre et réaliser vos rêves grâce à nos conseils pour devenir digital nomade.

Digital Nomade – comment faire sa valise ?

La joie du départ suivie de l’angoisse de la valise ? 

C’est bon ! Le patron nous a dit oui c’est officiel ! On peut partir vivre où on veut, on peut l’annoncer sur Facebook, on peut … regarder son armoire et se demander comment on va faire sa valise et surtout tout faire tout rentrer!

D’abord se fixer un maximum : combien de valises peut on prendre ? En soute bien sur, les bagages à main c’est juste du bonus. Personnellement j’ai décidé de partir avec une valise cabine, un sac à main et deux valises en soute.  Ca va déjà être compliqué parce que matériellement je n’ai que deux mains et ça fait 3 valises à tirer si on compte bien! 

Première étape – les plus simples – Faire sa valise pour débutant

Pour commencer il faut éliminer toutes les choses qu’on doit acheter à chaque déménagement qui ne peuvent pas nous suivre care notre valise est trop petite : le sapin de Noël, l’étendoir, le fer à repasser, les verres à vin… A force ils commencent à faire partie du budget obligatoire de ce qu’on doit racheter. On a eu beau essayer plusieurs fois, tous ces objets encombrants ça ne rentre jamais dans nos bagages. Pareil pour la bouilloire ou les casseroles… 

 Seconde étape – attaquer la salle de bain 

Cette étape est plus difficile en fonction du pays dans lequel on va. En effet, si on va dans un pays, on ne peut pas avoir facilement à un supermarché on aura tendance à vouloir prendre beaucoup de réserves au cas où, on ne survive plus sans … pour ma part l’huile pour les cheveux Moroccanoil. Honnêtement je l’ai fait une fois, j’avais acheté assez d’huile pour plusieurs mois. Finalement ça ne servait à rien, entre temps je suis revenue et j’aurais pu attendre ou alors utiliser de l’huile de coco plus naturelle. 

Du coup, il vaut mieux passer sur une attitude minimaliste surtout pour nous mesdemoiselles : la collection de vernis super lourde ne peut pas nous suivre 🙂 Finalement la vraie solution c’est de regarder ce qu’on prend pour partir un week end et adapter notre grosse valise à ce petit volume. 

 Troisième étape – les livres

Les livres… Mon dieu ce fut un énorme changement pour moi le jour où j’ai décidé de quitter tous mes livres papiers pour passer sur une liseuses. Il faut dire que je revenais de loin! Au lycée je voulais une bibliothèque de tous les classiques (oui oui je voulais tous les classiques) dans ma chambre. Donc, lors de mon premier déménagement j’ai du me raisonner… Ce n’était pas compatible avec mon rythme de vie: c’est trop lourd et ça prend bien trop de place dans nos valises. 

Je continuais à acheter des livres et du coup à les donner parce que je ne relis pas un livre que j’ai déjà lu et c’est lourd à force !

Jusqu’au jour où … j’ai décidé d’acheter une tablette. Ca m’a changé la vie et surtout ça a tranquillisé nos déménagements. Il y a encore des livres que je ne peux pas avoir sur tablette. Mais cela a sacrément diminué le nombre de livres que je possède et qui doivent donc rentrer dans ma valise. 

Je me fixe un nombre de livres maximum à 10, c’est vraiment pour le plaisir de les garde. 

 Quatrième étape – les trucs de sport 

C’est assez simple. Tout va devoir être vendu, on ne va pas transporter des poids de plusieurs kilos d’un pays à l’autre c’est ridicule :). 

Cinquième étape – les habits

Le plus dure pour la fin. C’est ensuite le moment de regarder son armoire en face et de faire des choix. On prend une grande inspiration et on regarde la place qu’il reste. Cela peut rentrer dans sa valise mais cela doit rester dans l’armoire.

Commençons donc par les choix simples: 

  • Tout d’abord, les chaussures Primark qui ont coûté 15 Euros, mais n’ont servis qu’une fois, n’ont pas forcément besoin de venir. 
  • Puis, la collection de manteau peut aller temporaire chez papa / maman ou alors dans un garde meuble. Ainsi, la collection de petites robes si vous allez vivre, au hasard à Amsterdam, ne vous servira plus à grande chose. 
  • Enfin en fonction du pays ça permet de faciliter le choix des chaussures. 

Faire sa valise: maintenant on attaque les plus compliquées 

  • Ce sweat shirt qui a tant de souvenirs, tellement déteint, il est temps de s’en séparer
  • La collection d’écharpes… n’a pas vraiment vocation à nous suivre très longtemps, quelque soit le pays! Personnellement ça remplit la moité d’une valise. 
  • Est ce qu’on a vraiment besoin d’une collection de 30 tee shirt et pulls… ? 

faire sa valise, c’est dure ! Mais il faut y arriver. Alors quel résultat ça donne pour vous ??

 

faire sa valisePS: petite astuce de fin, de toutes façons vous ne pourrez par tirer les 3 valises alors que le problème  on est plus à une poignée près :)

PS2: pensez à vérifier qu’Asos ou votre site de livraison préféré livre là où vous allez vivre.